Mortalité chirurgicale cardiaque pédiatrique après Bristol

Editor — Parry et al appellent à la clarté de nos méthodes d’ajustement des risques. Nous nous sommes ajustés par type d’opération en intégrant les 11 groupes de procédures ouvertes en tant que facteurs dans notre modèle de régression. L’utilisation de groupes de procédures pour l’ajustement des risques est conforme à une autre méthode publiée.En revanche, les comparaisons de centres récemment publiées basées sur la base de données d’audit cardiaque centrale n’étaient pas ajustées au risque2. Gibbs et al. Et Morris et Archer sur bmj.com demeurent préoccupés par le manque de précision des statistiques sur les épisodes hospitaliers3 suivez ce lien. montré un accord raisonnable entre ceux-ci et le registre chirurgical cardiaque britannique. Morris et Archer confirment que le centre d’Oxford a été approché par le ministère de la Santé en 2001 sur la base des statistiques des épisodes d’hospitalisation et des chirurgies cardiaques. enregistrent des déclarations depuis 1995, dans lesquelles on pensait que c’était une aberration en ce qui concerne la transposition des grandes artères chez les nourrissons.3 Oxford était également conscient d’un possible déclin de ses résultats et a donc cessé une telle opération en 2000 (J Morris, Les différences entre les analyses de la base de données centrale d’audit cardiaque et la nôtre ne sont pas forcément incohérentes. D’abord, nous ne considérons que la mortalité hospitalière, et les résultats publiés dans la base de données incluent tous les décès périopératoires. spécifiez si une opération est ouverte, et cela doit donc être déduit du code d’opération. Nous excluons les opérations qui pourraient être ouvertes ou fermées, ce qui pourrait expliquer le manque à gagner allégué. Cependant, nous avons également examiné la mortalité dans un groupe de 11 procédures ouvertes bien définies, qui ont donné des résultats similaires entre les centres. Enfin, Gibbs et al fournissent des résultats de base de données d’audit cardiaque pour un temps différent. Oxford nous a confirmé qu’elle avait arrêté la transposition des grandes artères à la suite de plusieurs décès survenus à la fin de 1999 (inclus dans notre analyse mais non inclus dans les données de la base de données centrale d’audit cardiaque) et début 2000 (J Morris, communication personnelle). Statistiques sur les épisodes est la seule base de données disponible couvrant notre période d’analyse de 1991 à 2002. Elle est codée indépendamment des cliniciens et est disponible pour un examen public. Un travail collaboratif supplémentaire pour identifier et corriger les incohérences entre les statistiques d’hospitalisation et les données cliniques pourrait être une conséquence utile de notre travail et pourrait renforcer la crédibilité des deux sources de données.