Le partenariat avec les patients n’est qu’un aspect du traitement des patients

Editor — Le numéro consacré au partenariat avec les patients contient 19 lettres de lecteurs, dont beaucoup concernent directement les patients et tous au moins quelque peu.1 Cinq de ces lettres proviennent de personnes dont la position professionnelle déclarée suggère qu’elles sont à la face du charbon, et 12 viennent d’auteurs qui écrivent des institutions ou des unités universitaires ou une variété de think tank. Dans l’ensemble, les praticiens à la face du charbon semblent Nous pratiquons de toute façon une forme de partenariat, et on rappelle que la médecine holistique est devenue un mot à la mode et a suscité beaucoup de discussions, alors qu’en fait tous les bons médecins essayaient autant que possible de pratiquer d’une manière qui tenait compte de patient. Le partenariat patient n’est certainement qu’un aspect du traitement de l’ensemble du patient problèmes de peau chez l’enfant. Je suis sûr qu’il y aura énormément de discussions sur ce mot à la mode à la mode, et que cela fera très peu de différence pour ceux qui font de leur mieux pour pratiquer ce qui, après tout, est simplement une médecine appropriée. Les contributions de Vlassov et de Lakshmi ont été particulièrement impressionnantes, soulignant les grandes différences d’attitudes et de besoins entre les différents groupes de patients2,3. Le partenariat implique une égalité de pouvoir mais aussi de responsabilité et est plus adapté à une relation entre un prestataire et un client . La relation entre un patient et un médecin n’est cependant pas celle entre un prestataire et un client. Le devoir du médecin est d’essayer de faire en sorte que le patient reçoive les conseils et le traitement qui lui convient le mieux, plutôt que le conseil ou le traitement qu’il souhaite initialement. Il ne s’agit en aucun cas de soutenir une attitude condescendante ou paternaliste, mais de définir la responsabilité qui incombe aux médecins de veiller à ce que leur patient soit traité correctement, dans la mesure du possible, même si le patient est initialement résistant. Implication du patient, bonne communication, pleine compréhension, oui. Égalité de partenariat, no — parce que cela pourrait bien signifier que les médecins ne s’acquittent pas de toutes leurs responsabilités.