L’angiographie transradiale peut nuire à la perméabilité des greffes d’artères radiales

Editor — La revue d’Archbold et al décrit globalement les nombreux avantages de l’accès radial.1 Cependant, il ne touche pas aux effets nocifs potentiels une telle approche peut avoir sur la perméabilité des greffes de l’artère radiale lorsque les patients ont plus tard des pontages aorto-coronariens. Intérêt actuel dans l’utilisation des artères radiales comme deuxième conduit de choix après l’augmentation de l’artère mammaire interne. L’effet négatif de l’accès radial sur les taux de perméabilité des artères radiales utilisées dans le pontage aorto-coronarien peut être particulièrement important chez les patients plus jeunes où une plus grande longévité de la greffe (supérieure à celle des greffes veineuses saphènes) peut être bénéfique à long terme. Kamiya et al ont montré, chez 22 patients ayant subi une angiographie transradiale avant pontage aorto-coronarien, que la perméabilité angiographique des greffons artériels radiaux était plus faible un mois après l’intervention (77% v 90%, P = 0,017) .2En outre, une étude échographique Nagai et al ont montré que, après l’accès transradial pour l’angiographie coronarienne ou l’angioplastie, 22% des artères radiales étaient sténosées de façon diffuse et 5% ne présentaient aucun écoulement détectable à un suivi tardif (95 jours en moyenne) 3. Nous avons observé que la plupart des chirurgiens hésitation à utiliser l’artère radiale comme greffe dans les quelques jours suivant l’accès transradial en raison de lésions présumées de l’intima. Nous pensons qu’il faut envisager la pertinence de l’approche transradiale chez les patients aigus chez qui la probabilité de pontage aorto-coronarien urgent est élevé, chez les patients plus jeunes, et chez les patients chez lesquels il peut y avoir une pénurie de conduits.